Comment savoir si mon enfant a besoin de soutien scolaire

Mon enfant a-t-il besoin de cours particuliers ?


enfant et livre

Le constat

Arrêt total ou partiel des notes, évaluation tâtonnante par compétences, les appréciations sur les copies et les rendez-vous avec le ou les professeurs sont le meilleur diagnostic.

Ma petite dernière a toujours eu du mal en français. L'apprentissage de la lecture a été lent. Elle est actuellement en sixième et c'est son professeur qui nous a contacté pour me signaler ses difficultés. Avant de nous lancer dans un bilan orthophonique, elle nous a conseillé de lui faire faire prendre quelques cours pour reprendre les bases à partir de ses devoirs de français, en particulier les dictées.

François, 52 ans, papa de Laura

Mais peu d'enseignants conseillent des cours particuliers. Ce serait pour certains avouer leur échec face aux difficultés d'apprentissage de tel ou tel élève. Mais ne leur jetons pas la pierre : leur tâche est difficile et s'occuper des élèves en grande difficulté dans une classe de 26 à 32 élèves s'avère souvent impossible ( voir à ce sujet notre dossier " Aide personnalisée : le leurre de la nouvelle réforme du collège " )

L'aide aux devoirs

Si votre enfant n'est pas très motivé ni très autonome dans sa mise au travail, il est possible de l'aider en lui consacrant un peu de temps chaque soir. Mais, pour beaucoup de parents, c'est surtout le week-end qui reste le créneau favorable... Or, les devoirs, c'est tous les jours pour certains et il est hors de question de revoir tout ce qui a été fait dans la semaine tout un dimanche après-midi ! Ce serait le meilleur moyen de démotiver les troupes !

Je rentre chez moi vers 19:30 après avoir récupéré mon fils à l'accueil périscolaire. Ma grande rentre du collège vers 16:30. Le mardi et le jeudi, une de nos voisines, qui est en Terminale L vient faire le point avec elle pendant une petite heure. Ainsi, je suis sûre qu'elle apprend ses leçons.

Sandrine, 41 ans, mère de 3 enfants

Il est possible de trouver, autour de vous, une personne qui peu venir en soutien pour le travail du soir. Des agences comme Acadomia ou Superprof peuvent aussi prodiguer ce genre de service.

Aborder une nouvelle année en toute sérénité

Si le redoublement n'existe quasiment plus, les difficultés de certains élèves persistent et signent. En tant que parents nous sommes rarement dupes de ces dernières, il suffit de savoir ce que signifie un point rouge et de lire les appréciations sur les copies et les bulletins trimestriels... Comment y remédier ? Si votre enfant n'a pas acquis telle ou telle compétence, il passera quand même dans le niveau supérieur et emportera avec lui les difficultés accumulées.

Rachel a terminé son année de seconde avec des notes en chute libre. Elle est passée en première car sa moyenne annuelle restait convenable. Nous cherchons une solution pour qu'elle puisse reprendre sereinement les derniers points du programme, surtout en français et en maths.

David, 50 ans, Paris

Une des solutions consiste donc à reprendre avec lui ce qui aurait dû être acquis pour passer dans le niveau supérieur. Le choix des armes est large : du cahier de vacances (voir notre article " Le cahier de vacances : un atout pour la rentrée ? ") aux cours particuliers sur une courte période pendant les vacances scolaires voire des stages d'été, plus onéreux mais beaucoup plus efficaces. Des agences comme Complétude ou Acadomia peuvent aussi prodiguer ce genre de service.

Se préparer aux examens

J - 30, 60, 90 avant le bac ou le brevet. Le stress augmente... Votre ado est angoissé (ou au contraire pas assez selon vous) et toute la famille en ébullition. Pourquoi ne pas opter pour quelques cours particuliers afin de faire le point sur les méthodes, consolider les matières dans lesquelles le bas blesse et reprendre confiance en soi ?

Certes, les annales sont de précieux outils ( voir nos articles " Les annales du bac : un outil précieux " et " Annales du nouveau DNB : que choisir ? " ) mais faut-il encore les ouvrir et les travailler ! Rien ne vaut le suivi personnalisé de votre enfant avec un professeur compétent : c’est le meilleur moyen pour lui d’éclairer les points noirs du programmes par des explications claires et personnalisées et de reprendre confiance avant l’examen.

Quel soutien pour les dys ?

Mon fils a des difficultés en lecture et en écriture. Il est suivi par une orthophoniste qui a pris en charge sa dyslexie. Les progrès sont lents et le mettre au travail est toujours très pénible. On essaie de rester calmes mais au bout d’une heure, c’est toujours la même histoire. Tout le monde s’énerve !

Mélanie, 35 ans, maman de Tom, élève en CM1

Malheureusement, pour Mélanie et Tom, ce n’est que le début d’un long chemin… Pour beaucoup d’enfants dyslexiques, c’est l’oralisation qui va leur permettre de mémoriser et de restituer leurs connaissances.

Ainsi, il est souvent conseillé de relire leurs cahiers à voix haute et de leur demander de réciter plutôt que de réécrire leurs leçons. C’est un travail long et pénible. Encore plus au collège lorsque les matières se multiplient. Face à ce problème, de plus en plus de parents se tournent vers des orthophonistes qualifiés (sur ordonnance du médecin généraliste, le bilan orthophonique et les séances sont pris en charge par la sécurité sociale) mais aussi vers le soutien scolaire :

Grâce à l’intervention de Mélissa, qui vient à la maison pour du soutien deux fois par semaine, notre fils aborde l’heure des devoirs un peu plus sereinement. Il s’entend bien avec elle et leurs « dialogues » et « chansons » pour retenir les leçons le rassurent...

poursuit Mélanie.

auteur helene

En savoir plus sur l'auteur

Hélène est éducatrice spécialisée et mère de 3 enfants