notes en voie de disparition

L’évaluation par compétences : le désarroi des parents … et des professeurs !


classe en cours

La confusion après la suppression des notes

Depuis la rentrée, inutile de se rendre sur les logiciels de notes… il n’y en a pas, ou peu.

Nous ne savons pas quel est le niveau de notre enfant depuis son entrée en cinquième. Très peu de professeurs utilisent les notes. Les autres adoptent des systèmes de points rouges et verts mais comment s’y retrouver ?

Christophe, 43 ans, papa de Maël.

Ça gronde ! L’arrêt progressif des notes a du mal à faire ses preuves en France ! Les mécontents sont légion parmi les parents et les professeurs. Difficile de motiver les élèves sans les notes qui les faisaient frémir (malgré ce que certains ados prétendent !)

Le nouveau socle de connaissances et de compétences exige que nous évaluions nos élèves sur une échelle de 1 à 4, correspondant à des « niveaux » d’acquisition d’une compétence « insuffisant, fragile, satisfaisant, très bonne maîtrise». Des collègues utilisent d’autres terminologies. Tout le monde s’y perd. Et nous aussi !

Valérie, 47 ans, professeur de français et professeur principal en classe de quatrième.

Une efficacité douteuse…

Ça ne change rien au fait que nos élèves sont soit en réussite, soit en échec… les notes étaient un reflet bien plus juste que ces quatre degrés que l’on nous impose. Au quotidien, ça ne sert à rien. On nous demande de faire des groupes de niveau mais on pouvait les faire avec les notes aussi ! Les grands vainqueurs, ce sont les élèves qui se la coulent douce maintenant qu’ils savent qu’ils ont une maîtrise satisfaisante et que le travail de groupe sera là pour cacher la misère… On voit bien, sur le terrain, que ça ne fonctionne pas vraiment.

Mickaël, 34 ans, professeur de Mathématiques.

Et oui ! La motivation de certains semble en berne… Face à ce désarroi, on comprend que des parents plus exigeants et soucieux de l’avenir professionnel de leurs enfants fassent appel à des professeurs particuliers pour leur venir en aide.

Nous avons fait prendre à notre fille des cours particuliers de Physique. En effet, elle souhaite se diriger vers des études de médecine, comme son frère, et franchement, nous trouvons que le niveau n’est pas au top maintenant que les élèves travaillent essentiellement en groupe et uniquement sous forme de projets qui prennent du temps. On voit bien que ça n’avance pas côté collège.

Sylvie, 46 ans, maman de Léa, élève en troisième.

Les textes laissent la possibilité aux professeurs de maintenir une note à côté du niveau de compétence… Beaucoup y reviennent mais ce n’est pas encore une généralité.

auteur berenice

En savoir plus sur l'auteur

Bérénice est professeur de français au collège et lycée et mère de 2 enfants